Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 09:39

Déclarations des syndicats après la journée du 19 mars 2009


   PARIS, 19 mars 2009 (AFP)


   Bernard Thibault (CGT):

   "Après plus d'un mois où le gouvernement nous a reçus, annoncé des  mesures, a beaucoup communiqué, voir qu'il y a plus de monde dans les rues, plus  d'arrêts de travail et un mouvement soutenu, c'est dire que le  gouvernement ne  peut plus considérer qu'il n'y a pas de problèmes. Si nous sommes dans  une  crise sans précédent, il faut accepter d'examiner d'autres réponses  (...). Le  mot +négociation+ fait partie du dictionnaire. C'est impossible que le  gouvernement reste immobile sur sa politique."


   François Chérèque (CFDT):
  "La journée est réussie (...) parce que les réponses du patronat et  du  gouvernement ne sont pas à la hauteur. Nous ne sommes pas là pour  bloquer le  pays mais pour débloquer des moyens face aux problèmes des salariés.  On ne  comprendrait pas que cette immense journée de mobilisation amène un  silence  complet, tant de la part du patronat que du gouvernement. La crise  sera longue  et il faut qu'on dure dans le temps. Là on ne s'est pas précipités
 (...) et on  voit que ça paie."


   Jean-Claude Mailly (FO):
   "Le gouvernement est dans une position faite d'autisme et  d'attentisme: autisme parce qu'il ne veut pas comprendre qu'il y a un véritable  sentiment  d'injustice, attentisme parce qu'on a l'impression" qu'il "s'attend à  une  dégradation donc il veut rien lâcher pour le moment. C'est maintenant  qu'il  faut soutenir la consommation et prendre des décisions. Pour la suite,
 je n'exclus rien, il faudra d'une manière ou d'une autre maintenir la  mobilisation" et "l'unité."

   Jacques Voisin (CFTC):
   "Il y a plusieurs messages": une "demande de respect des salariés",  "un  message en direction du Medef, c'est qu'il va falloir comprendre qu'on  change  d'époque et de modèle économique. Et un message au gouvernement, c'est « il  faut aller plus loin »: quand on soutient le système bancaire, il faut  des  contreparties sociales. Et donc des moyens."

   Bernard van Craeynest (CFE-CGC) :
   "Il y a un vrai besoin de redonner de la cohérence et de l'équité à  la politique conduite. Ceux qui ont fait des heures sup' en 2008 et qui  perdent  leur emploi ou sont au chômage partiel en 2009 mesurent toute  l'incohérence du  système. (...) Il y a d'autres Continental dans les tuyaux. Si ça  continue  comme ça, les cortèges s'allongeront."

   Gérard Aschieri (FSU):
 "Nous sommes sur une journée très réussie surtout en terme de  manifestations. La mobilisation oblige le gouvernement à reconsidérer  sa  politique. Les gens dans la rue veulent autre chose que des  aménagements de  choix déjà faits, ils veulent d'autres choix. On aura besoin de durer parce  que l'objectif de faire changer la politique du gouvernement est  ambitieux".

   Annick Coupé (Solidaires):
   "Cette mobilisation marque une convergence des jeunes, des  enseignants, des  salariés, des chômeurs. Est-ce que le gouvernement va camper sur ses  positions  ou comprendre que si ça continue, on va vers une crise sociale. On  attend  aujourd'hui un changement de cap significatif et des mesures  d'urgence".

   Alain Olive (Unsa):

   "Il y a plusieurs raisons à cette mobilisation": un "effet  Continental,  pour la première fois en France (depuis le début de la crise, ndlr) une  entreprise de 1.200 personnes va fermer, et ça a produit un  électrochoc chez les salariés du privé; des déclarations un peu irresponsables" de  Laurence Parisot; "et le gouvernement n'a pas pris la bonne méthode en voulant  ignorer  ce qui se passe. Mais là, il ne peut pas ne pas répondre."

Partager cet article

Repost 0
Published by LDH Istres Ouest Provence - dans Citations
commenter cet article

commentaires