Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 14:13
 
Rapport d'Amnesty
 
VIOLENCES  ET  IMPUNITE  POLICIERES... C'EST TOUS  LES  JOURS OU  PRESQUE .
 
 
L'une des victimes des violences policières dont fait état le rapport d'Amnesty s'appelait Abdelhakim Ajimi. Il est mort le 9 mai 2008 dans des conditions décrites par des témoins et relatées dans ce rapport:

"Après que le jeune homme eut été menotté, ont précisé ces témoins, il a été maintenu à plat ventre sur le sol par trois policiers pendant une période prolongée. Un témoin affirme que l’un des policiers a donné deux coups de poing à Abdelhakim Ajimi pendant qu’il était plaqué au sol. Un autre policier appuyait sur son dos avec son genou, tandis qu’un "troisième pratiquait une clé d’étranglement. Selon des témoins, le visage d’Abdelhakim Ajimi est devenu violacé ; de toute évidence, il ne pouvait pas respirer."


Il était difficile cette fois aux policiers et à la justice de poursuivre Abdelhakim pour "outrage et rébellion" ! La section L.D.H. Cannes-Grasse   prend une part active dans toutes les actions développées depuis, y compris sur le plan procédural. Une conférence de presse LDH / Amnesty a été organisée le jour de la publication du rapport.

Autre affaire en cours, moins dramatique mais tout aussi gravement significative : Patrick Mohr est un metteur en scène suisse de 42 ans participant au festival d'Avignon 2008. Le 21 juillet vers 20H30 devant le Palais des Papes il fait part  poliment de son étonnement à des  C.R.S. contrôlant l'identité  de deux musiciens alors que les centaines de personnes et d'artistes de rue présents sur la place n'étaient nullement invitées à présenter leurs papiers. Il est vrai que les musiciens visés étaient noirs! Réaction immédiates des C.R.S. face à cet empêcheur de discriminer en rond : interpellation violente de Patrick Mohr, jeté au sol, frappé, insulté dans des conditions que le quotidien " La Tribune de Genève " relate dans son édition du 27 février 2009 par la voix d' un témoin oculaire de la scène:


«J’ai été très choquée de voir les policiers commettre méthodiquement leurs violences, sans gêne, sans se soucier des gens qui faisaient cercle autour de la scène et qui protestaient bruyamment», raconte Doris Margel. «Se dégageait de ces CRS un sentiment d’impunité. Nous vivons en démocratie: si deux hommes constatent que tous les gens autour d’eux contestent leur manière d’agir, ils devraient éprouver ne serait-ce qu’une légère honte. La France n’est pas un état totalitaire que je sache!»


Patrick Mohr, après une garde à vue éprouvante a déposé une plainte qui est en cours  mais il a été "naturellement" mis en examen pour "outrage, rébellion et incitation à l'émeute". Il a été jugé   au T.G.I. d'Avignon à l'audience du 2 mars 2009 ou la procureure a non moins "naturellement" requis une condamnation de principe ( 500 euros d'amende ) Son avocat Maître William Bourdon a demandé la relaxe et stigmatisé  l'impunité habituelle des policiers. Le 8 avril aura lieu le délibéré du jugement.

Comme le jour de l'audience ou nous étions au côté de la L.D.H. suisse et au côté de l'observateur judiciaire délégué par la commission "citoyen,justice,police" nous serons présents au délibéré, plus que jamais attentifs et mobilisés  pour que justice soit rendue, ouvrant peut-être une brèche dans une jurisprudence dominée par des violences policières impunies et justement dénoncée par le rapport d'Amnesty.

Jean-Claude Aparicio. 

Partager cet article

Repost 0
Published by LDH Istres Ouest Provence - dans Violences Policières
commenter cet article

commentaires