Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 11:33

 

Signataires :

 

Annick Chaillé, trésorière de la Fédé  LDH 13

Chantal Mainguy, présidente de la section LDH d'Arles

Jacqueline Angelini-Martin, trésorière de la section LDH  Istres-Ouest Provence

Bernard Eynaud, président de la Fédé LDH 13

Pierre Arias,  président de la section LDH  Marseille Centre

Jean-Claude Aparicio,  vice-président de la Fédé L.D.H. 13

Gilbert Jean,  ligueur de la  section LDH Marseille Nord-Sud 

Louis Bonassi,  vice-président de la section LDH Istres-Ouest Provence

Jean-Patrick Hourcastagnou, de la section LDH de La Fare les Oliviers

Philippe Dieudonné, vice-président de la Fédé  LDH 13

 

 Nous avons vraiment apprécié le message de Philippe Pineau en début du chapitre de " La vie de l'association" dans le dernier LDH INFO. Nous sommes en effet les témoins directs, ici à Marseille,  des souffrances d'un jeune homme, Lisandru Plasenzotti, qui clame son innocence et qui subit une terrible épreuve dont les protagonistes semblent avoir oublié le principe fondamental de la présomption d'innocence. Oublié aussi l'art. 3 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme proscrivant les traitements inhumains et dégradants.

 

L'instruction judiciaire  a pourtant tous les moyens possibles et imaginables pour faire la lumière sur cette affaire. Elle n'est pas obligée d'user de moyens disproportionnés car en l'état actuel on n'est pas loin d'une forme de  persécution morale et, compte tenu du contexte misérable des Baumettes, d'une punition préventive.

 

En obtenant son hospitalisation la LDH - toute la LDH -  est en droit d'estimer avoir sauvé une vie car la logique de l'appareil judiciaire consistait à  laisser l'état de santé du jeune Lisandru aller jusqu'à l'extrême, jusqu'au coma et sans doute vers une issue désastreuse.

 

Depuis le 3 février 2012 Lisandru a été extrait de  l'hôpital- prison du CHU NORD  où il a été remarquablement pris en charge et soigné  suite à  ses 45 jours de grève totale de la faim. Malheureusement, encore affaibli et psychologiquement fragilisé,il a été réincarcéré aux Baumettes, cette honteuse prison surpeuplée qui grouille de cafards et qui pue au sens propre comme au sens figuré, tant la violence et la récidive s'y inscrivent comme une inexorable logique.

 

Que dire aussi des souffrances morales d'une modeste famille corse dont les maigres ressources sont englouties dans les allers et retours Cargèse-Marseille et les frais d'avocats. Punition préventive encore que d'éloigner un justiciable de sa région, de le frapper d'entrée d'une interdiction de séjour qui ne dit pas son nom ! Pratique courante d'une justice d'exception, la J.I.R.S. (Juridiction Inter  Régionale Spéciale) issue de PERBEN 2 légitimement dénoncée  par la L.D.H.

 

Tant que Lisandru Plasenzotti ne sera pas retourné en Corse, tant qu'il ne sera pas remis en liberté, tant qu'il ne sera pas assuré d'un procès juste et équitable c'est  toute la L.D.H. qui doit se sentir agressée, révoltée, écorchée vive, comme elle l'a si souvent été dans sa longue et fière histoire.

 

Le 6 février 2012

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by LDH Istres Ouest Provence - dans Citations
commenter cet article

commentaires