Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 21:49

 

Mémorandum remis à Monsieur le  Sous-préfet de l’Arrondissement d’Istres

 

Audience du 26 mai 2010

 

 

Les lois  de la République votées en 1990 et 2000 dites lois Besson reconnaissant le droit à l’habitat et la liberté fondamentale d’aller et de venir aux personnes dites gens du voyage dont l’habitat traditionnel est constitué de résidences mobiles ne sont pas mises en application sur le territoire de l’intercommunalité du S.A.N Ouest Provence, à une exception près Miramas. Une telle carence condamne à une errance et une précarité ceux qui défendent un mode de vie et une culture traditionnelle encore vivante et certains sont contraints de s’installer sur des terrains privés. Ils se heurtent alors à de multiples obstacles : accès aux réseaux d’eau et d’électricité, scolarisation des enfants, accès aux soins etc…

 

Les Pouvoirs Publics nationaux et locaux, en ne prenant pas les moyens de faire respecter la loi, pire en prenant quelquefois des mesures d’expulsion, portent une responsabilité dans la stigmatisation dont les tsiganes, gens du voyage, sont injustement l’objet. L’ignorance et la peur se conjuguent dans la population pour faire naître des conflits dont le nombre et la violence se développent dangereusement.

 

Nous référant aux revendications des associations représentatives des gens du voyage ainsi qu’aux délibérations de la HALDE en en date du 14/09/2009 et des principales instances Européennes (Union Européenne , Conseil de l’Europe) la section de la Ligue des Droits de l’Homme « Istres-Ouest Provence » demande :

                      

-         que soient réalisées conformément à la loi les aires de stationnement temporaires et de « grands passages » dont le territoire a un besoin urgent,

                      

-          que la Préfecture qui dispose des prérogatives règlementaires mette un       terme, par sa médiation et la concertation, aux obstacles et blocages actuels, et use éventuellement de son pouvoir de réquisition en la matière,

 

-         que pour les cas de certaines familles (réfugiées, apatrides...) la Préfecture vienne en aide aux Villes du territoire afin qu’elles ne portent pas seules, comme c’est le cas actuellement à Miramas ou à Istres, tout le poids des nécessaires solidarités en particulier lorsqu’il y a des enfants

 

Istres le 26 mai 2010

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by LDH Istres Ouest Provence - dans Vie de la LDH Istres Ouest Provence
commenter cet article

commentaires